Pour tout renseignement sur Cadre de Ville, vous pouvez téléphoner au 01 40 26 14 66.

A l'usage unique de

Copyright 2004-2019 Cadre de Ville
Diffusion restreinte
13 mars 2019

Immobilier et Ville : un MIPIM trentenaire actif s'ouvre à Cannes

Sur 27 000 participants inscrits au début du Salon international de l'immobilier ce 12 mars 2019, les organisateurs comptent 2 000 architectes. Les architectes allemands y ont même leur propre Pavillon... Les collectivités publiques locales sont elles-mêmes plus que jamais présentes. Le ministre français Julien Denormandie restera deux jours, mercredi et jeudi, pour en faire le tour. Le MIPIM fête ses 30 ans, qui auront vu cette évolution.

"Au début du MIPIM, en 1989, se souvient un pionnier, un noyau de professionnels de l'immobilier se rassemblait au coeur du Palais des Festivals." A cette époque, pas de tentes sur les quais avec restaurants vue sur mer, pas de bateaux ni de fêtes sur l'eau. Souvenez-vous, Bouygues Immobilier s'appelait Stim Bâtir. 

L'organisation du MIPIM, pour fêter ses 30 ans, réunit la poignée de pionniers qu'elle a pu retrouver - bon nombre sont des journalistes... - et leur offre, ce mardi 12 mars, un déjeuner exclusif avec Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations-unies jusqu'à la fin 2016. 

Le quartier de ville devient un produit financier

Reed Midem, organisateur du MIPIM, atteint de hauts niveaux de fréquentation avec 27 000 participants inscrits avant le début du salon, une progression qui se maintient cependant que les événements ont été déclinés en versions régionales : MIPIM Asia, MIPIM UK, MIPIM Hong-Kong... Sans rien enlever à la version mondiale cannoise.

Le marché de la finance immobilière est devenu à ce point puissant (toutes proportions gardées quand on le compare aux marchés actions bien sûr), qu'il s'intéresse à présent, changeant d'échelle, non plus seulement à l'actif immeuble mais au quartier tout entier - la ville devient une marchandise, avec son potentiel de retour sur investissement. Et devient levier de développement. La puissance publique française ne s'y trompe pas. Les représentants de l'Etat, et de ses établissements publics, mais aussi les métropoles et les régions, attendent ce salon pour annoncer leurs grandes opérations. La recherche d'argent privé n'est plus un tabou. Cela n'a pas toujours été le cas.

"Le MIPIM devarit être obligatoire dans les écoles d'architecture"

L'évolution s'est faite lentement, et on a pu la suivre au gré des éditions du Salon. Cette année, le ministre français en charge du Logement et de la Ville, de l'urbanisme aussi, Julien Denormandie, représentant de la cohésion des territoires, va passer deux jours à Cannes. Il emmène avec lui les préfets, et compte visiter les 13 régions et métropoles françaises présentes...

La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Péresse, a inauguré la tente "Grand Paris uni", avant de participer au lancement de la consultation de groupements d'opérateurs pour la construction du village olympique des JOP de 2024. En revanche, la maire de Paris, présidente du conseil d'administration de la Solidéo, s'est décommandée ce lundi pour un deuil familial, mais elle avait prévu d'être très présente. En régions, Toulouse, dont le maire-président de Métropole Jean-Luc Moudenc, se voit promettre un avenir ministériel, a attendu le MIPIM pour présenter les lauréats de l'appel à projets "Dessine-moi Toulouse", tout comme il avait présenté le projet de tour Occitanie ici-même.

Présence des architectes : le pavillon allemand et le slogan "pourquoi ne pas construire plus haut ?", et, ci-dessous le stand français, conçu avec les AJAP 2014 2016 et 2018... Ici on dessine sur les murs

IMG_20190313_125836.jpg

IMG_20190313_130150.jpg

Pour les plus anciens participants architectes français, qui s'exportent dans le monde entier, cette "ouverture au privé" n'est qu'une forme de retour au réel. Certains ont toujours travaillé, et exclusivement, avec les porteurs privés de projets. Car y aurait-il des MIPIM Awards sans les architectes ? La barrière typiquement française entre "architecture publique" qui serait seule vertueuse, et "architecture privée" commerciale donc de piètre qualité est tombée. L'organisation du MIPIM est trop heureuse de faire une place aux jeunes architectes français accompagnés par le ministère de la Culture, dans le must des espaces d'exposition : le Pavillon Riviera.Des plus expérimentés aux jeunes AJAP, tous témoignent du rôle d'accélérateur de commandes que joue ce rassemblement. > Voir en tête de page la cartographie nationale des projets urbains français par Cadre de Ville

"Le MIPIM devrait être obligatoire dans toutes les écoles d'architecture", déclarait il n'y a pas si longtemps Martin Robain, leader de la grande agence Architecture Studio, et président de l'Académie d'Architecture. Au-delà du ton provocateur, c'est une évidence qui s'énonce. Cette année, 2 000 architectes sont inscrits au MIPIM. Rémi Cambau

RADIO.IMMO EN CONTINU AU MIPIM

Cette année verra une originalité de communication, avec l'installation de la "radio du MIPIM", tenue par Radio-Immo en continu (stand P-1 F26, écoute des interviews sur l'appli smartphone RADIO.IMMO et sur www.radio.immo).