Pour tout renseignement sur Cadre de Ville, vous pouvez téléphoner au 01 40 26 14 66.

A l'usage unique de

Copyright 2004-2020 Cadre de Ville
Diffusion restreinte
24 mars 2020

Grand Paris : la Solidéo poursuit l'avancement des projets olympiques

Les permis du Village olympique vont être déposés. Cluster des médias, Arena, centre aquatique olympique attendent leurs opérateurs... l'ensemble des opérations devraient pouvoir être validées lors d'un conseil d'administration à la mi-juillet, explique à Cadre de Ville Benoît Piguet, directeur des relations institutionnelles à la Société de livraison des ouvrages olympiques. Même si la remise des offres finales pour le cluster des médias a été décalée du 2 avril à la fin de ce mois, les négociations s'achèvent avec Vinci sur le projet UniverSeine.

"Nous sommes dans un exercice de recalibrage des calendriers, pour tenir compte de la situation de confinement", explique à Cadre de Ville Benoît Piguet, directeur des relations institutionnelles, de la communication et de la sécurité à la Solidéo. "Il n'y a eu qu'une semaine, mais, à ce stade, aujourd'hui le système tient et ça ne crée pas une dérive."

La Solidéo a fait savoir dès le 17 mars qu'elle suspendait les petits travaux de déconstruction en cours à Saint-Ouen sur le futur site du Village olympique. Mais, explique Benoît Piguet,100 % des 60 salariés de la Solidéo sont équipés, et en capacité d'être en télétravail. "Nous avons basculé en télétravail général. Nous avons recensé nos maîtres d'ouvrage en capacité de continuer à travailler, et nous poursuivons toute la phase préalable à des chantiers. On travaille."

Benoît Piguet - directeur des relations institutionnelles de la Solidéo - photoo Xavier Granet

Benoit_Piguet_CROPED_photo_xavier_granet-3349_pp.jpg

"Procédures administratives, juridiques, les instructions, les études, se poursuivent"

La crise intervient à un moment où le projet peut se poursuivre dans toutes ses dimensions. "Les procédures administratives, juridiques, l'instruction des dossiers, des permis de construire, sont relativement peu perturbées. La perturbation du confinement ne se fait pas sentir sur ces questions", indique le responsable, qui fait cependant remarquer que c'est "au prix d'un effort collectif de tous".

"L'activité classique se poursuit, même si les réunions de travail dématérialisées sont encore pour partie en cours de construction, en fonction des outils des uns et des autres. On découvre, on s'adapte", avoue Benoît Piguet, qui revendique l'agilité "par essence" de la Solidéo. "Les préfectures, les villes fonctionnent, l'instruction administrative fonctionne. Et nous avons des itérations quasi quotidiennes avec les opérateurs, avec les groupements,

Le calendrier recalibré sans dérapage

De fait, les négociations avec Vinci pour le secteur UniverSeine, morceau du Village olympique, sont en train de se terminer.
Le rendu des offres finales des candidats opérateurs pour le cluster des médias ont certes été décalées du 2 avril à la fin avril - et, de fait, la désignation des lauréats pourrait être décalée du 4 juin à la fin juin. Mais l'objectif d'obtenir les permis de construire des quatre secteurs du Village olympique avant l'été est maintenu.

Mais trois concertations réglementaires dématérialisées vont être lancées. Du 20 avril au 20 mai, pour la mise en compatibilité du PLU intercommunal de Plaine Commune dans le secteur du Village olympique. En partie en chevauchement, du 10 mai au 12 juin pour le cluster des médias. Et enfin, du 8 juin au 8 juillet, pour la demande de permis d'aménager du Village olympique.

L'objectif initial est maintenu : celui de réunir en juillet un conseil d'administration de la Solidéo qui valide, non seulement l'avancement du Village olympique, mais également les lauréats des trois grands sites : le cluster des médias et ses équipements sportifs associés, l'Arena de la porte de la Chapelle gare des Mines, et le centre aquatique olympique de la Plaine Saulnier.

Les collectivités territoriales vont pouvoir se réunir

Concernant ce dernier équipement, on n'attend plus que la décision de la Métropole du Grand Paris, après plusieurs reports. Une réunion interministérielle s'est tenue jeudi 19 mars notamment à ce sujet, et, vendredi, les services de la Métropole déclaraient attendre de savoir dans quelles conditions le conseil métropolitain allait pouvoir se réunir pour cette prise de décision. On le sait désormais, puisque la loi "état d'urgence" permet, à son titre III bis, la réunion des conseils des collectivités avec un quorum d'un neuvième seulement de ses membres. La loi, promulguée le 24 mars au JO, proroge également les mandats de tous les élus locaux français jusqu'au second tour de l'élection municipale.

"Les mesures dérogatoires exceptionnelles sont prises, se félicite Benoît Piguet. Certaines n'existaient pas voici une semaine mais permettent aux collectivités de continuer à fonctionner. Bien sûr, la rapidité de décision est le fruit de l'état d'urgence. Mais je pense que ça va marcher. Nous sommes dans une étape du projet olympique où, quel que soit le métier de chacun où on s'adapte hors cadre, chacun selon sa fonction, les services de l'Etat, préfecture comme Driea, les bureaux d'études, tous les lauréats des premiers concours, et nous inventons depuis une semaine de nouveaux process, alors qu'il y a quinze jours il était si simple de se retrouver dans une salle pour une réunion... Enfin, il faudra être prêt à la reprise 'normale' de l'activité dès la fin la crise sanitaire, car nous n'aurons pas de marges de manoeuvre."

"En ce mardi 24, nous pensons beaucoup à Tokyo, évidemment, conclut Benoît Piguet. Nous devrons humblement nous nourrir de leur expérience, notamment dans la gestion des aléas..." Rémi Cambau

Paris 2024 "solidaire" avec Tokyo 2020

Paris 2024 a tenu, ce mardi 24 mars, à saluer le CIO et les autorités japonaises "qui, confrontés à une situation inédite et extrêmement complexe, ont fait le choix du meilleur scénario possible". "Reporter le plus grand évènement sportif au monde n’est pas une décision facile", ajoute le communiqué de Paris 2024.

Le message est collectif et solidaire : comité d’organisation, acteurs du mouvement sportif - CNOSF, CPSF - et acteurs publics - Ville de Paris, Métropole du Grand Paris, département de Seine-Saint-Denis, région Île-de-France, Etat, la Solidéo et l’ensemble des collectivités hôtes saluent "l’esprit de responsabilité et d’adaptation dont fait preuve Tokyo 2020 dans cette épreuve inédite". Adaptation, c'est le mot qui revenait à la Solidéo, lors de l'entretien ci-dessus accordé ce jour à Cadre de Ville...