Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Les Entretiens 2017 / Revue de presse / Thierry Lajoie : "Les aménageurs doivent rentrer dans leur époque"

Thierry Lajoie : "Les aménageurs doivent rentrer dans leur époque"

23/10/2017
"La gestion de l'espace n'est plus le sujet principal pour un aménageur - aujourd'hui c'est le temps." Thierry Lajoie participe aux 2e Entretiens du Cadre de Ville, où sont attendus 500 professionnels pour des sessions de travail autour de 40 cas pratiques, des échanges toute la journée, et trois controverses.

 

Les aménageurs doivent savoir comment rentrer par le prisme des usages, et par quels usages", reconnaît Thierry Lajoie, le président-directeur général de Grand Paris Aménagement, qui poursuit : "Et les aménageurs doivent savoir comment rentrer dans leur époque, en prenant en compte l'accélération du temps. Le numérique bouleverse les villes, à un rythme que personne n'avait imaginé : les usages privés, tout autant que le génie urbain, nous obligent à faire autrement. Dans nos opérations, nous intégrons cette dimension, à mi-chemin entre prospectivisme et réalisme, entre  mutabilité et réversibilité. C'est une des raisons de notre présence aux Entretiens du Cadre de Ville."

Thierry Lajoie participera à la controverse sur la ville intelligente lors des Entretiens : quel bénéfice peuvent en attendre les citoyens ? Pour lui, "on peut se servir intelligemment de l'émergence des nouvelles technologies. Encore faut-il être humble. On ne décide pas de ce foisonnement numérique. De ce point de vue, on ne dirige pas le monde, mais l'autorité publique peut jouer un rôle régulateur..."

"Il faut réfléchir, et se préparer à la mutation des modèles qui a commencé. Google et Amazon peuvent demain tuer les promoteurs. La question posée au marché de la production urbaine, c'est d'intégrer cette question du numérique, ou mourir."

De fait, l'aménageur, très écouté par le ministre de la Cohésion des Territoires et son secrétaire d'Etat, tant pour la stratégie logement et son volet aménagement, que pour la relance du Grand Paris, plaide pour une ouverture forte du droit à l'innovation : "Il faut libérer les opérateurs d'un système normatif qui bloque la création. Le label écoquartier, c'est très bien, mais ce n'est pas en France qu'on a inventé le quartier Bedzed, ou le quartier Vauban. Il faut sans doute, en France, décloisonner des systèmes tournés sur eux-mêmes. "

"Ce n'est pas une question de technologie. Le smart-grid, la domotique, ce n'est pas le sujet. Il faut s'interroger sur les usages à venir, et sur ce que cette ville connectée produit, et va produire. La vitesse des mutations n'est pas que technologique. Les villes-mondes connectées auto-produisent aussi leur pauvreté. A côté des "insiders" on voit aussi les exclus. Ce modèle n'est pas accessible à tout le monde."  Rémi Cambau 

Actions sur le document