Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Menu
Vous êtes ici : Accueil / Les Entretiens 2017 / Revue de presse / Daniela Sanna : "La ville de demain doit revoir son modèle de développement"

Daniela Sanna : "La ville de demain doit revoir son modèle de développement"

22/07/2016
Pour la chef de service Organisations Urbaines de l'ADEME, cette transition va s’opérer en s’appuyant sur une multitude d’évolutions : modèles économiques, ville résiliente, nouvelle mobilité, renouvellement urbain, économie circulaire, transition numérique…autant des sujets sur lesquels l’ADEME travaille et qui seront traités lors des Entretiens du Cadre de Ville.

Daniela Sanna, chef du Service Organisations Urbaines à l'ADEME

Daniela SANNA

Cadre de Ville. Pour l’ADEME, quels sont les grands enjeux de la ville de demain ?
Daniela Sanna. La ville est le plus grand émetteur de gaz à effet de serre et porte une grande responsabilité à l’échelle globale pour contribuer à en réduire les volumes. Près de 80% de la population française vit dans les villes où 70% des gaz à effet de serre sont émis et 70 à 80% des consommations d’énergie sont concentrées dues essentiellement aux secteurs du bâtiment et des transports et ces chiffres sont en constante augmentation.

Ces concentrations de population, d’activités et de fonctions portent des enjeux importants en termes de gestion et de protection de ressources, d’adaptation au changement climatique, de vulnérabilité sanitaire, mais aussi en termes de précarité énergétique et économique, notamment pour les populations les plus fragiles.

Certaines de ces vulnérabilités prennent d’autres dimensions en fonction des différentes échelles du territoire concernées, qui interpellent autrement les questions de mobilité, de gestion durable des sols et leur artificialisation et de développement économique. Dans ce cadre, le développement durable des territoires et des villes ne peut pas se faire sans la prise en compte des aspects humains et sociaux qui font leur attractivité et leur qualité d’usage et de vie.

En effet, la transition énergétique et écologique (TEE) doit se mettre en œuvre sur tous les territoires, il est alors indispensable de faire émerger de nouvelles formes de coopération, de solidarité territoriale et de capitalisation collective.

Par ailleurs, la TEE doit s’intégrer dans un projet de territoire cohérent, il faut alors sortir des politiques sectorielles pour appréhender les territoires de manière intégrée en articulant les différentes politiques entre elles afin de renforcer leur efficacité.

CDV. Quels impacts ont ces enjeux sur votre métier ? Sur votre organisation ?
D. S. Depuis 2010, l’ADEME a créé la Direction Villes et Territoires Durables. On y retrouve 5 services : Service Bâtiment, Service Transports et Mobilité, Service Evaluation de la Qualité de l’Air et Service Friches urbaines et Sols Pollués et Services Organisations Urbaines. Ce dernier a vocation de sortir des approches techniques sectorielles et d’animer et fédérer à l’ADEME la réflexion sur le développement durable des territoires et des villes, à travers le rôle intégrateur propre à l’urbanisme, sur des thèmes clefs tels que la densité urbaine, les mixités sociale et fonctionnelle, la sobriété énergétique et l’intégration des EnR, la lutte contre le bruit, l’adaptation au changement climatique, l’économie circulaire ou encore la gestion durable des sols.

CDV. Comment vous y préparez-vous ?
D. S. Les orientations stratégiques de l’ADEME pour la période 2016-2019 sont inscrites dans le nouveau contrat d’objectifs et de performance (COP) en cours de signature entre l’ADEME et l’Etat. Ces orientations visent à répondre aux attentes de l’Etat pour amplifier la TEE.

En particulier, en matière d’urbanisme, l’ADEME accompagne les acteurs chargés de l’aménagement du territoire et de la planification urbaine en les outillant pour une meilleure prise en compte de toutes ces dimensions dans l’urbanisme et le projet urbain. A cette fin, elle participe à la montée en compétence des relais ou des partenaires sur les outils disponibles, notamment l’AEU2.

L’ADEME soutient également des programmes de recherche-action visant à évaluer les performances environnementales et énergétiques des formes urbaines et elle promeut des initiatives visant à faire émerger des opérations expérimentales ou des sites pilotes.
Elle apporte aussi aux opérateurs publics son expertise pour mieux intégrer les enjeux énergétiques et environnementaux dans les projets territoriaux et urbains.

CDV. Pourquoi êtes-vous partenaire des Entretiens du Cadre de Ville ?
D. S. Pour répondre à tous ces défis, le territoire et la ville de demain doivent revoir leur modèle de développement, être capables d’anticiper, de s’adapter, d’innover. Cette transition va s’opérer en s’appuyant sur une multitude d’évolutions : modèles économiques, ville résiliente, nouvelle mobilité, renouvellement urbain, économie circulaire, transition numérique…autant des sujets sur lesquels l’ADEME travaille et qui seront traités lors des Entretiens du Cadre de Ville.

Actions sur le document

Se connecter
Mot de passe oublié ?