Pour tout renseignement sur Cadre de Ville, vous pouvez téléphoner au 01 40 26 14 66.

A l'usage unique de

Copyright 2004-2019 Cadre de Ville
Diffusion restreinte
26 août 2019

Les Entretiens du Cadre de Ville 2019 - Brigitte Bariol, Délégué générale de la FNAU : "Nous sommes dans des systèmes territoriaux totalement intégrés, des coopérations qu'il faut renforcer"

Pour surmonter les défis de la ville de demain, la directrice générale de la Fédération nationale des agences d'urbanisme est convaincue de la nécessité de mettre davantage en interrelations les différents types de collectivités et d'acteurs. Elle explique aussi que les agences intègrent de plus en plus de nouvelles compétences en leur sein pour pouvoir répondre de manière moins sectorielle et plus efficiente aux transitions à accompagner, parmi lesquelles l'adaptation au changement climatique, thème principal des Entretiens du Cadre de ville, qui auront lieu le 15 octobre prochain.

 

Brigitte Bariol.JPG

Cadre de Ville : Comment surmonter les défis de la ville de demain et notamment l'adaptation au changement climatique, thème des prochains Entretiens du Cadre de ville, qui auront lieu le 15 octobre prochain ?
Brigitte Bariol : Il faut penser les transitions tant écologiques que démocratiques. Nous en faisons notre thème phare de la 40e rencontre nationale des agences d'urbanisme [du 6 au 8 novembre 2019 en Île-de-France]. Nous avons d'ailleurs appelé cette édition "Lost in transition - Comment re-lier les territoires". Nous sommes passés d'une période de grandes politiques ("on fait plus grand") à une approche plus territoriale, de plus grande proximité, au détriment parfois d'ailleurs de visions plus globales, intercommunales - ce mouvement se dessine au niveau gouvernemental.

Pour réussir ces différentes transitions, il faut que tout le monde s'y mette et fasse sa part - comme dans la légende du colibri -. Cela veut dire mettre en œuvre les projets à l'échelle territoriale et intégrer les habitants comme acteurs de ces changements : que cela ne se fasse pas contre eux, sans eux, mais avec eux. Il y a une adhésion sur ces principes, mais c'est plus difficile à mettre en oeuvre dans ses propres pratiques.

Cela passe aussi par une alliance des territoires. A la Fnau et au sein des agences d'urbanisme, on s'inscrit fermement en faux face à une tentation forte dans l'opinion d'opposer les métropoles et les territoires ruraux. Nous sommes dans des systèmes territoriaux totalement intégrés, des coopérations qu'il faut renforcer, des réciprocités qu'il faut instaurer entre les différents types de territoires. Il y a beaucoup de sujets de coopération possibles et souhaitables entre territoires urbains et ruraux : économique, de mobilité, de transition énergétique, de production d'énergie, d'alimentation, etc. Nous travaillons beaucoup sur ces contrats de réciprocité.

CdV : Comment les agences d'urbanisme peuvent-elles amorcer de vrais changements d'approche en matière de changement climatique ?
B.B. : Notre point de vue est qu'il faut dépasser les politiques segmentées. Par exemple, une politique de résilience, d'adaptation au changement climatique ne peut pas se faire dans une ville-centre toute seule mais dans un réseau d'interdépendances pour lequel il faut organiser une connaissance mutuelle, ensuite un dialogue, une capacité à faire projet ensemble, puis à contractualiser. Les systèmes de fonctionnement actuels, basés sur des périmètres administratifs, ne sont pas spontanément favorables.

Les agences ont donc un rôle important à jouer dans le développement de cette dimension partenariale puisqu'elles sont des plateformes entre collectivités et autres parties prenantes de la fabrique de la ville - aménageurs, acteurs du logement, de la transition énergétique - : il faut qu'ils fassent projet ensemble pour passer ce cap du changement. Les agences accompagnent aussi le changement de manière de faire, en intégrant en leur sein de nouveaux acteurs.

CdV : Comment cela se traduit-il concrètement ?
B.B. : Par exemple, depuis 5 ou 6 ans, des énergéticiens, tout comme des sociologues, écologues, designers, sont entrés dans les agences d'urbanisme et intègrent les réflexions pour développer des projets plus innovants. Cela permet d'aller plus loin dans les sujets mais aussi de parler un langage commun, préalable indispensable avant de pouvoir travailler ensemble sur un projet.

Toutes les agences d'urbanisme n'ont pas les même caractéristiques, certaines sont pionnières sur tel ou tel sujet, mais toutes échangent sur leurs pratiques et diffusent des méthodes. Par exemple, celle de Dunkerque a mené un travail sur un système de toile pour rendre visible aux acteurs leurs interrelations. Méthode qui a été développée ensuite dans d'autres agences, déclinée en toiles industrielles, énergétiques ou alimentaires.

En matière de changement climatique, beaucoup d'agences d'urbanisme ont travaillé sur des démarches environnementales, sur les transports, l'énergie, moins sur l'adaptation. Plusieurs ont aussi avancé sur les îlots de chaleur et sur la nature en ville, et l'agence de Toulouse participe à un travail de recherche-action mené avec Météofrance sur les représentations du changement climatique et les impacts dans la planification.

Propos recueillis le 15 juillet 2019 par Lucie Romano

Cliquez sur les liens suivants pour en savoir plus sur le programme, les intervenants, les partenaires, ...

 

Avec le soutien de Image1.jpg

 

Les Entretiens du Cadre de Ville ont été conçus avec le comité scientifique composé des partenaires premium ci-dessous :

Logo des partenaires sans GPA et SOCGEN.png